facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause
Q3 2019: Lettre destinée au client Thumbnail

Q3 2019: Lettre destinée au client

Bonjour,

La hausse des marchés mondiaux se poursuit

Les marchés boursiers mondiaux ont enregistré des rendements modestes au troisième trimestre après un premier semestre exceptionnel. Les marchés se sont négociés latéralement en raison de trois facteurs principaux : le ralentissement de l’économie mondiale, qui s’est répercuté sur les bénéfices des entreprises, l’augmentation des tensions géopolitiques au Moyen-Orient et les tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine, qui ont pesé sur les volumes du commerce mondial.

Canada

L’indice S&P/TSX a progressé de 1,7 % au troisième trimestre, ce qui correspond à un rendement de 16,3 % pour les neuf premiers mois de l’année. Huit des dix secteurs ont enregistré un rendement positif, tandis que les secteurs des produits industriels et des soins de santé, avec en tête de liste les sociétés de production de cannabis, ont dégagé un rendement négatif en cours de trimestre. Les prix du pétrole ont grimpé en flèche à la suite d’une attaque contre une importante installation de production et de raffinage de pétrole en Arabie saoudite, perturbant à hauteur de 5 % l’approvisionnement en pétrole par le pays. Les prix ont reculé après la reprise de la production quelques semaines plus tard, mais ils demeurent en zone baissière. Sur le plan politique, les marchés surveilleront de près les élections fédérales canadiennes d’octobre.

États-Unis

Malgré la persistance des différends tarifaires et commerciaux et la médiocrité de l’économie américaine, le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq ont progressé de 1,2 %, 1,2 % et -0,1 %, respectivement, pendant le trimestre. En tenant compte de ces hausses, le rendement respectif de ces indices a été de 18,7 %, 15,4 % et 20,6 % depuis le début de 2019. Les actions américaines ont atteint de nouveaux sommets en juillet avant la première baisse de taux de la Réserve fédérale américaine en dix ans, pour ensuite reculer dans le sillage de la guerre commerciale persistante avec la Chine, qui a commencé à se répercuter sur l’économie américaine. Les sociétés américaines ont enregistré des bénéfices médiocres au deuxième trimestre, en raison principalement de l’affaiblissement de l’économie mondiale (les sociétés du S&P 500 réalisent plus de la moitié de leurs ventes sur les marchés étrangers) ainsi que d’une certaine détérioration des marges bénéficiaires des sociétés.

Marchés étrangers

Les actions internationales ont reculé de 1,7 % en dollars US pendant le trimestre, portant le rendement des neuf premiers mois à 9,9 %, comme l’indique l’indice MSCI EAEO (Europe, Asie et Extrême-Orient). L’indice mondial des directeurs d’achat du secteur manufacturier compilé par JPMorgan, qui mesure la santé de l’économie mondiale, a continué de se détériorer depuis le début de l’année dernière. Les négociations entre les États-Unis et la Chine, conjuguées aux préoccupations causées par le Brexit, continueront d’assombrir la conjoncture économique mondiale jusqu’à ce que ces questions soient réglées.

Politique des banques centrales

La tendance des banques centrales mondiales à réduire les taux s’est poursuivie au dernier trimestre. Plusieurs décideurs des marchés émergents ont imité la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne et réduit leurs taux d’intérêt afin de soutenir leur économie. Il est à prévoir que les banques centrales privilégieront cette politique accommodante jusqu’en 2020 compte tenu de la conjoncture de faible inflation, mais de croissance économique positive. On s’attend à ce que les États-Unis réduisent leur taux directeur de 25 points de base (pb) supplémentaires d’ici la fin de 2019, et que la Banque du Canada lui emboîte le pas (réduction de 25 pb de son taux d’ici la fin de l'année).

Perspectives

À l’aube du quatrième trimestre, les investisseurs seront très attentifs à l’évolution, ou à l’absence d’évolution, des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine à la mi-octobre. Les deux plus grandes économies du monde sont aux prises avec des tensions commerciales croissantes depuis plus d’un an. Les deux pays ont imposé à l’autre des tarifs douaniers sur des centaines de milliards de dollars d’importations. Les résultats de ces négociations constitueront probablement le principal facteur de volatilité et de rendement au cours des prochains mois, tant pour les actions que pour les titres à revenu fixe.

Comme toujours, si vous avez des questions au sujet des marchés ou de vos placements, je suis là pour y répondre.

Cordialement,