facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause
Q1 2021: Lettre destinée au client Thumbnail

Q1 2021: Lettre destinée au client

Un an après le creux de la pandémie, l’économie est prête pour la reprise

Le 23 mars marquait le premier anniversaire du creux enregistré par les marchés à cause de la pandémie. Depuis, l’indice S&P 500 a affiché son gain le plus important sur 12 mois depuis 1936, dépassant la reprise de 2010 après la crise financière mondiale. Les marchés boursiers ont dégagé un bon rendement au premier trimestre, poursuivant sur la lancée des gains réalisés depuis mars 2020. L’indice S&P/TSX a augmenté de 7,3 %, tandis que les indices S&P 500, Nasdaq et MSCI EAEO ont respectivement progressé de 5,8 %, 2,8 % et 2,8 % en dollars américains. La plus grande surprise pour les participants au marché a sans doute été l’appréciation des obligations à court terme. Le taux des obligations du Trésor américain à 10 ans a commencé l’année à 0,91 % et a très rapidement grimpé de 83 points de base pour clore le trimestre à 1,74 %. Pour sa part, le taux des obligations à 10 ans du gouvernement du Canada a augmenté de 88 points de base pour terminer le trimestre à 1,56 %.

Conjoncture optimiste

Le premier trimestre a été marqué par l’optimisme entourant la réouverture de l’économie mondiale. La distribution des vaccins est en cours et plus de 693 millions de doses ont été administrées dans 165 pays. Aux États-Unis, pays le plus endeuillé par le virus, plus de 168 millions de doses ont été administrées, et près de 18 % de la population est entièrement vaccinée. D’autres mesures de relance viennent raviver l’espoir aux États-Unis; en effet, des chèques ont été envoyés à plus de 100 millions de personnes.

Inflation

Nous prévoyons une hausse soutenue de l’inflation jusqu’en 2021 qui ne s’apaisera que partiellement au début de 2022. Les données économiques font déjà état d’une hausse de l’inflation, les prix des matières premières ayant connu une flambée. Le bois d’œuvre – l’un des plus importants coûts de construction après le terrain et la main-d’œuvre – n’a jamais été aussi cher et coûte plus du double du prix habituel pour cette période de l’année. Le pétrole brut – un produit de départ essentiel pour la peinture, les tuyaux d’évacuation, les bardeaux de toit et le revêtement de sol – a grimpé de plus de 80 % depuis octobre. Le cuivre – utilisé dans le transport de l’eau et de l’électricité dans les maisons – coûte environ un tiers de plus qu’à l’automne. Compte tenu du faible niveau des stocks, auquel s’ajoutent les commandes en attente et la demande inhabituellement forte, l’inflation se dirige vraisemblablement à la hausse, et non à la baisse.

Croissance économique

Nous nous attendons à ce que l’élan économique se poursuive, stimulé par plusieurs facteurs, dont la réouverture rapide de l’économie aux États-Unis et ailleurs dans le monde grâce à la disponibilité accrue des vaccins, aux mesures de relance budgétaire et monétaire, à la demande refoulée des consommateurs et à l’épargne considérable des particuliers. Seulement au chapitre des mesures de relance budgétaire, à la fin de décembre 2020, les gouvernements du monde entier ont affecté 7 800 milliards de dollars américains aux pertes de revenus ou aux programmes de dépenses budgétaires, auxquels s’ajoutent des mesures de soutien de trésorerie d’une valeur de 6 000 milliards de dollars américains. Nous avons vu par le passé que les mesures de relance budgétaire peuvent prendre des mois, voire des années avant d’infiltrer les économies. Selon nous, l’effet positif de ces mesures de relance sera perceptible jusqu’à la fin de l’année et jusqu’en 2022.

Comme toujours, si vous avez des questions au sujet des marchés ou de vos placements, je suis là pour y répondre.