facebook twitter instagram linkedin google youtube vimeo tumblr yelp rss email podcast phone blog search brokercheck brokercheck Play Pause
Les marchés mondiaux ont poursuivi leur reprise cet été avant de connaître un léger repli en septembre Thumbnail

Les marchés mondiaux ont poursuivi leur reprise cet été avant de connaître un léger repli en septembre

Au Canada, l’indice composé de rendement total S&P/TSX a poursuivi sa forte reprise avant de reculer en septembre, terminant avec un rendement de 4,7 %, dividendes inclus, au troisième trimestre. À la suite de la contraction trimestrielle du PIB la plus marquée de l’histoire, les marchés boursiers américains ont poursuivi leur plus forte reprise jamais enregistrée après un marché baissier. Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq ont dépassé leurs sommets pré-COVID et affiché un rendement total respectif de 8,9 %, 8,2 % et 11,2 % en dollars américains, au troisième trimestre. Sur les marchés étrangers, les actions internationales, mesurées par l’indice MSCI EAEO, ont progressé de 4,9 % en dollars américains, dividendes inclus, au cours de la même période.

Voici un aperçu de certains enjeux qui ont marqué ce trimestre :

  • Coronavirus. Les marchés mondiaux ont réagi à la baisse du nombre de cas de COVID-19 pendant la majeure partie du trimestre, anticipant une amélioration à venir. L’économie américaine a commencé à rouvrir et à se redresser; elle n’est probablement plus en récession. Nous commençons à voir une deuxième vague de COVID-19 au Canada, en Europe et dans d’autres régions, tandis que la première vague n’en finit pas aux États-Unis. L’incertitude quant aux conséquences économiques et à l’éventualité de la mise au point d’un vaccin et de sa distribution à l’échelle mondiale devrait conduire à une plus grande volatilité.
  • Caractère saisonnier. En septembre, les actions dégagent en général leur pire rendement, et cette année n’a pas fait exception à la règle. Depuis 1950, l’indice S&P 500 dégage son pire rendement mensuel moyen en septembre. Les actions internationales ont également perdu du terrain en septembre.
  • Pétrole. Le prix du pétrole est demeuré essentiellement au même niveau durant le trimestre, à environ 40 $ US le baril, mesuré par le West Texas Intermediate (WTI). La baisse de la demande de pétrole brut devrait maintenir les prix sous les sommets atteints en 2020 et pourrait nuire au secteur de l’énergie.
  • Taux d’intérêt. À l’échelle mondiale, les banques centrales ont maintenu leur soutien monétaire, gardant les taux d’intérêt à court terme proches de leurs creux historiques.
  • Enjeux géopolitiques. Les craintes renouvelées entourant l’accord sur le Brexit ont freiné les rendements en Europe, tandis que la publication en Chine de données économiques supérieures aux prévisions au troisième trimestre a stimulé les marchés boursiers asiatiques. Le regain de tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et les prochaines élections américaines ont contribué à la volatilité.

Les prochains mois pourraient être particulièrement instables, les élections américaines ayant lieu en novembre. Depuis 1952, l’indice S&P 500 affiche le pire rendement mensuel moyen en octobre, les années au cours desquelles ont lieu les élections présidentielles. Cependant, dans les années qui suivent une élection, l’indice S&P 500 s’est établi en moyenne à 11,4 %, peu importe le résultat des élections. Nous devons nous rappeler de mettre de côté tout sentiment politique lorsque nous prenons des décisions de placement.

La grande pause a laissé place à une reprise, mais nous croyons que cette reprise comporte trois étapes : l’alarme, la résistance et l’épuisement. Si nous sommes entrés dans la phase d’épuisement, comme nous le pensons, nous devrions nous attendre à des rendements dans la moyenne au cours des douze prochains mois.

Les marchés émergents disposent de bonnes perspectives, car l’augmentation des bénéfices semble meilleure en Chine, en Corée et à Taïwan qu’ailleurs dans le monde.

La sélection et des perspectives à long terme pourraient être la clé de la réussite en matière de placements à l’échelle mondiale et au pays. Bien que nous essayions de ne pas paraître trop optimistes, nous pensons que la reprise sera bien installée d’ici la fin de 2021.

Comme toujours, si vous avez des questions au sujet des marchés ou de vos placements, je suis là pour y répondre.

Cordialement,